Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dans ma bibliothèque...
  • : Tous mes avis sur mes lectures, mes coups de cœur, mes découvertes, de la littérature japonaise aux classiques anglais en passant par la science-fiction !
  • Contact

Lectures en cours

 

H2G2.jpg

Rechercher

Coups de coeur

  lecoeurrégulier 


 

Kafka sur le rivage courseaumoutonsauvage.jpg

  enfanthuitre

Aperçu

- Même s'il fait beau, vous feriez mieux de prendre votre parapluie.
Le policier hocha la tête. Puis il se retourna pour regarder l'horloge sur le mur derrière lui. Le collègue avec qui il avait rendez-vous n'allait pas tarder à l'appeler.

- Entendu, je prendrai mon parapluie.
- Il va tomber des poissons du ciel comme s'il en pleuvait. Des sardines, je pense. Mais il y aura peut-être bien quelques maquereaux aussi.
Le policier éclata de rire.
- Des sardines et des maquereaux ! répéta-t-il. Dans ce cas, il vaudrait mieux ouvrir son parapluie à l'envers pour recueillir les poissons et, de cette façon, on pourra préparer du maquereau au vinaigre !
- Le maquereau au vinaigre est un des plats préférés de Nakata, répondit le vieil homme avec le plus grand sérieux. Mais demain, à cette heure-là, Nakata ne sera plus là.

Le lendemain, quand une pluie de sardines et de maquereaux se mit effectivement à tomber sur ce coin de l'arrondissement de Nakano, le jeune policier se sentit blêmir. Environ deux mille poissons tombèrent soudain du ciel, sans le moindre signe précurseur. La plupart s'écrasèrent par terre à l'arrivée mais quelques-uns, encore vivants, frétillaient sur le sol devant les boutiques de la rue commerçante.


Kafka sur le rivage, Haruki Murakami

Mes avis

 : Pas terrible
 : Déjà vu mieux
 : Agréable à lire
 : Passionant 
 : Magnifique
  : Coup de coeur

Bienvenue, Welcome, Yôkoso!

 

Vous voilà sur un blog entièrement dédié à la lecture, l'une de mes grandes passions.

J'ai une préférence marquée pour la littérature japonaise, et la littérature classique anglaise et française (pour le moment, mais je change souvent !)

J'aime en général lire de tout, je n'ai pas vraiment de barrières,

aussi je vous propose dans ce blog de vous faire partager toutes mes lectures,

tout comme je serais ravie que vous me fassiez découvrir les vôtres ^^ !




Bonne balade !


 

3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 14:42

Kafka sur le rivage, Haruki MurakamiKafka sur le rivage

 

 

Titre original : 海辺のカフカ

Editions 10/18

Traduit du japonais par Corinne Atlan

 

 

 

 

 


    Kafka Tamura a 15 ans lorsqu’il fugue de chez lui. Sa mère l’a quitté sans un mot alors qu’il était encore enfant, emportant avec elle sa sœur adoptive, et le laissant entre les mains d’un père absent.

Partant avec seulement son courage, son subconscient qui prend la forme d’un garçon nommé corbeau et d’une noire prédiction qui le hante depuis petit, il fuit Tokyo pour commencer une nouvelle vie sur l’île de Shikoku, au sud du pays.

 

    En parallèle, nous sommes témoins d’un étrange évènement produit il y a des années de cela et qui attend toujours son explication rationnelle : lors d’une promenade en forêt, tous les élèves d’une classe de primaire sont victimes d’une perte de conscience commune. Ils se réveillent peu de temps après, sauf un, Nakata, qui reste plongé dans le coma durant plusieurs mois. A son réveil, il ne sait plus lire, ni écrire, il est devenu « stupide », comme il se décrit lui-même.

On le retrouve bien des années plus tard, et il est muni de la capacité surprenante de parler aux chats. Ces derniers vont l’embarquer dans une épopée dont il n’y comprendra que peu de choses et dont il ne prévoira aucune de ses étranges étapes.

 

    Ces deux personnages qui n’ont apparemment rien en commun laissent le lecteur perplexe à la recherche du moindre indice, et pourtant leurs aventures vont se faire écho et devenir dépendantes l'une de l'autre.

 

 

 

 

    Un coup de cœur, tout simplement. 

    Malgré un départ un peu long, un style sec, haché (traduction ?) comptant quelques descriptions qui ne m’évoquaient rien, on se laisse finalement emporter par la douce poésie de l’auteur, de l’histoire, des mots choisis qui nous plongent dans un ailleurs sublimement onirique (j’ai décidé pour l’occasion que « sublimement » existait !).

On lit tranquillement, sans trop comprendre, puis tout s’accélère, on commence à trouver des pistes, à réfléchir, faire des liens sans pourtant jamais s’approcher de la vérité. Murakami nous mène hors des sentiers battus sur une route inimaginable à l’intrigue fascinante, où, au fur et à mesure de notre avancée, tout converge et se met en place pour une fin incroyablement vibrante.

 

    Les personnages sont naturels, sans aucune prétention, notamment Nakata, qui m’a fait beaucoup rire avec son compagnon et toutes ses aventures invraisemblables. Dans le cas de ces deux amis, le langage est simple – Nakata ne comprenant pas les mots trop compliqués – et parlé, mais néanmoins emprunt d’un certain lyrisme.


Extrait d’un dialogue entre Nakata et un policier :

 

"- Même s'il fait beau, vous feriez mieux de prendre votre parapluie.
Le policier hocha la tête. Puis il se retourna pour regarder l'horloge sur le mur derrière lui. Le collègue avec qui il avait rendez-vous n'allait pas tarder à l'appeler.

- Entendu, je prendrai mon parapluie.
- Il va tomber des poissons du ciel comme s'il en pleuvait. Des sardines, je pense. Mais il y aura peut-être bien quelques maquereaux aussi.
Le policier éclata de rire.
- Des sardines et des maquereaux ! répéta-t-il. Dans ce cas, il vaudrait mieux ouvrir son parapluie à l'envers pour recueillir les poissons et, de cette façon, on pourra préparer du maquereau au vinaigre !
- Le maquereau au vinaigre est un des plats préférés de Nakata, répondit le vieil homme avec le plus grand sérieux. Mais demain, à cette heure-là, Nakata ne sera plus là.

Le lendemain, quand une pluie de sardines et de maquereaux se mit effectivement à tomber sur ce coin de l'arrondissement de Nakano, le jeune policier se sentit blêmir. Environ deux mille poissons tombèrent soudain du ciel, sans le moindre signe précurseur. La plupart s'écrasèrent par terre à l'arrivée mais quelques-uns, encore vivants, frétillaient sur le sol devant les boutiques de la rue commerçante."

 

 

 

    L’auteur lie magnifiquement bien l’humour à la réflexion par le biais des dialogues qu’entretient Kafka avec ses futures rencontres, que j’ai trouvé d’une rare profondeur et émotion :

 

"-J'ai peut être assassiné mon père en rêve. J'ai emprunté des circuits particuliers aux rêves et je suis allé le tuer.

- C'est ce que tu crois. En un sens, c'est peut-être une réalité pour toi. Mais la police - et personne d'autre d'ailleurs - ne te poursuivra pas pour responsabilité onirique. Personne n'a le don d'ubiquité. Einstein l'a démontré scientifiquement, c'est une vérité universellement reconnue.
- Je ne parle pas de loi, ni de science.
- Ce dont tu parles, Kafka Tamura, c'est d'une supposition, ni plus, ni moins. Une supposition hardie et surréaliste, digne d'un scénario de science-fiction.
- Bien sûr, qu'il s'agit d'une supposition. Je le sais bien. Sans doute que personne ne croira à une hypothèse aussi ridicule. Mais si aucune antithèse ne vient réfuter une hypothèse, aucun progrès scientifique n'est possible. C'est ce que mon père disait toujours. Une antithèse c'est un champ de bataille dans le cerveau, voilà ce qu'il disait. Il répétait cette phrase comme une litanie. Et pour l'instant, je ne vois pas la moindre antithèse à opposer à cette supposition.
Oshima se tait.
Je ne trouve rien à ajouter non plus.
- C'est pour échapper à cette prédiction que tu as fugué, que tu t'es enfui aussi loin, n'est-ce pas ? finit par dire Oshima.
Je hoche la tête, puis je lui montre le journal plié sur la table.
- Mais on dirait que je ne suis pas parvenu à lui échapper.
N'espère pas que la distance résoudra tout, avait fait remarquer le garçon nommé Corbeau."

 

 

 

 

    Si la fin laisse toujours planer un certain mystère, c’est pour n’en garder que plus un sentiment de grande aventure, de splendeur et de magie, bien après avoir refermé le livre.

 

    Si vous ne connaissez pas encore, vous n’avez plus qu’à vous jeter dessus !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luna 17/06/2011 10:57



Ce livre est vraiment unee très belle découverte pour moi : je ne m'attendais bien à tout sauf à ça !


Le fantastique se marie à merveille avec la poésie de l'écriture de Haruki Murakami !


Les personnages sont vraiment très étranges mais au final, je crois que n'importe quel lecteur fini par  s'attacher à eux...


Je ne regrette pas du tout cette lecture, au contraire !


 


Si ça t'interesse, je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...


Joli article, je reviendrais ;)


Bonne continuation !!



Maylilou 01/12/2010 05:32



Oui je me suis dis la meme chose, en une heure c'est fini quoi... Il y a de belles illustrations mais bon...


Tu pourrais me conseiller d'autres livres particulièrement bien de cet auteur? Je ne sais pas trop quoi choisir maintenant que j'ai lu Kafka sur le rivage, et il y en a beaucoup!


au fait j'ai terminé ma critique sur mon blog :)



Coraly 01/12/2010 17:21



Oui je suis allée voir ta critique ;) !
C'était le premier Haruki Murakami que tu lisais ? Il y en a effectivement beaucoup et heureusement je n'ai pas tout lu :) ! Mon préféré est sans hésitation "La ballade de l'impossible", vraiment
magique, poétique, des personnages mystérieux et qui évoluent comme ils peuvent... C'est plus l'histoire d'évolutions psychologiques qu'une quête comme dans Kafka, donc si tu préfères un peu plus
d'action et un monde complètement loufoque et onirique, je te conseille "La course au mouton sauvage", un peu dans ce genre :) !

Pour Sommeil je pense que c'est plus une idée cadeau qu'un "auto-achat" ! Si on me l'offre, je serais presque plus contente d'avoir cette édition que la version poche de toutes les autres
nouvelles je pense :D ! (en fait les deux c'est le mieux x) !


Pour le détail, Haruki Murakami étant mon auteur préféré, tous ses livres sont particulièrement bien, tu ne pourras pas te tromper :p !



Maylilou 29/11/2010 11:04



eh bien oui cet article est prévu , comme cinq autres au moins ! Il faut que je me décide a commenter tous les livres que e viens de lire... je sais j'ai pris du retard!


J'ai vu en librairie le nouveau Murakami, Sommeil, en as tu entendu parler?



Coraly 30/11/2010 21:47



Du retard, vraiment ? Tu sembles avoir un bon rythme pourtant !
Oui j'ai déjà vu Sommeil en librairie, dans une édition superbe... Mais est-ce que ça vaut le coup pour une simple nouvelle... ? Je pense plutôt acheter le recueil complet, l'Eléphant s'évapore, il y en aura plus :D !! Qu'en penses-tu toi ?



Maylilou 23/11/2010 17:43



Bonjour, c'est à nouveau moi, je tiens à te remercier car je viens de lire le livre, et c'est l'avis sur ton blog qui m'en avais donné envie. 


J'ai regardé furtivement ce que tu avais écris sur ce livre que tu avais tant aimé et je l'ai direct emprunté à la médiathèque. Je n'ai pas été déçue! que c'est joli et profond... Merci !



Coraly 28/11/2010 16:35



Ah, je suis ravie qu'il t'ait plu !! Si tu aimes, je te conseille sans réserve les autres Murakami, ils sont tout aussi poétiques et sensés... A quand ton avis sur ton blog :) ?



Ikebukuro 08/10/2010 20:24



Sûrement l'un de mes auteurs préférés... Son univers onirique me touche particulièrement.



Coraly 10/10/2010 18:39



De même pour moi ! Je ne me lasse jamais de son style unique et émouvant, de ses personnages touchants, ses mondes à part, magiques et pourtant tous différents... (rah, trop de qualités, comment
ne pas succomber ?!)