Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dans ma bibliothèque...
  • : Tous mes avis sur mes lectures, mes coups de cœur, mes découvertes, de la littérature japonaise aux classiques anglais en passant par la science-fiction !
  • Contact

Lectures en cours

 

H2G2.jpg

Rechercher

Coups de coeur

  lecoeurrégulier 


 

Kafka sur le rivage courseaumoutonsauvage.jpg

  enfanthuitre

Aperçu

- Même s'il fait beau, vous feriez mieux de prendre votre parapluie.
Le policier hocha la tête. Puis il se retourna pour regarder l'horloge sur le mur derrière lui. Le collègue avec qui il avait rendez-vous n'allait pas tarder à l'appeler.

- Entendu, je prendrai mon parapluie.
- Il va tomber des poissons du ciel comme s'il en pleuvait. Des sardines, je pense. Mais il y aura peut-être bien quelques maquereaux aussi.
Le policier éclata de rire.
- Des sardines et des maquereaux ! répéta-t-il. Dans ce cas, il vaudrait mieux ouvrir son parapluie à l'envers pour recueillir les poissons et, de cette façon, on pourra préparer du maquereau au vinaigre !
- Le maquereau au vinaigre est un des plats préférés de Nakata, répondit le vieil homme avec le plus grand sérieux. Mais demain, à cette heure-là, Nakata ne sera plus là.

Le lendemain, quand une pluie de sardines et de maquereaux se mit effectivement à tomber sur ce coin de l'arrondissement de Nakano, le jeune policier se sentit blêmir. Environ deux mille poissons tombèrent soudain du ciel, sans le moindre signe précurseur. La plupart s'écrasèrent par terre à l'arrivée mais quelques-uns, encore vivants, frétillaient sur le sol devant les boutiques de la rue commerçante.


Kafka sur le rivage, Haruki Murakami

Mes avis

 : Pas terrible
 : Déjà vu mieux
 : Agréable à lire
 : Passionant 
 : Magnifique
  : Coup de coeur

Bienvenue, Welcome, Yôkoso!

 

Vous voilà sur un blog entièrement dédié à la lecture, l'une de mes grandes passions.

J'ai une préférence marquée pour la littérature japonaise, et la littérature classique anglaise et française (pour le moment, mais je change souvent !)

J'aime en général lire de tout, je n'ai pas vraiment de barrières,

aussi je vous propose dans ce blog de vous faire partager toutes mes lectures,

tout comme je serais ravie que vous me fassiez découvrir les vôtres ^^ !




Bonne balade !


 

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 22:57

Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wildedoriangray


 

Titre original : The picture of Dorian Gray

Editions Penguin Classics

252 pages

 

Lu en anglais

 


 

 

 

    Tout le monde connaît l’histoire de Dorian Gray, l’un des plus grands classiques anglais que je dois bien être la dernière à lire. Je ne vous apprendrai donc rien dans le résumé (et même que je pourrais vous raconter la fin sans même vous spoiler, pour une fois !) mais je me lance quand même.

 

 

    J’ai cru avant de le lire, comme tout le monde se le disait, que c’était l’histoire d’un homme qui faisait peindre son portrait, et que celui-ci vieillissait à sa place, point.

    Mais au fur et à mesure de ma lecture, j’ai découvert que « le portrait de Dorian Gray » c’était beaucoup, beaucoup plus que ça. A tous ceux qui croient comme moi je l’ai cru à cette brève description, jetez-vous vite sur le livre !!

 

    Bien sûr le portrait vieillit à sa place, pour le dire simplement, mais pour le dire plus précisément, le « Dorian Gray » du portrait supporte à la place du vrai le poids de ses années, voit ses traits déformés par le temps et les expériences, et c’est partant de ce raisonnement-là que toute l’histoire et la profondeur du livre découlent.

 

 

 

    Dorian Gray est un garçon dans la fleur de l’âge, il est jeune, beau, innocent, pur, naïf ; bref, l’homme parfait que tout le monde rêve de rencontrer. Lorsque le peintre Basil Hallward, séduit par sa beauté, commence à réaliser le portrait, Dorian rencontre Lord Henry, vieil ami de Basil, qui tombe lui aussi sous le charme. Dorian représente l’innocence parfaite, l’ignorance de la vie et Lord Henry veut alors s’empresser de lui faire découvrir le monde à sa façon. Toujours armé de ses pensées particulières et de ses points de vue subjectifs au possible et pas vraiment légitimes, il va influencer – volontairement ou non, mais en tous cas parfaitement inconscient des conséquences – le brave jeune homme en l’embobinant de ses belles paroles sur sa jeunesse qui disparaitrait bientôt (pour commencer seulement).

    Face au portrait – le plus grand chef-d’œuvre de Basil – l’âme entachée de doutes qu’il ne se connaissait pas, Dorian va peu à peu se laisser ronger par la peur d’abord, l’anxiété, la panique, puis par l’amour, la fierté, la honte, l’indifférence, et quand il réalisera que son « lui » pictural porte sur son visage tous les signes révélateurs de la cruauté avant la vieillesse, il va se laisser emporter par la facilité, par l’envie, le plaisir, par la noirceur, la corruption la folie, toujours accompagné de son plus fidèle ami, Lord Henry et ses phrases philosophiques préfabriquées.

 

 

 

 

En somme, un roman magnifique sur le pouvoir de l’influence, de ses amis, de la propre considération de soi et de soi par les autres, sur la jeunesse et la beauté, le temps; c'est un roman parfois violent, parfois un peu lent, qui montre la plus phénoménale évolution psychologique que j’ai jamais lue jusque là. Ça a été vraiment une lecture forte, et riche en surprises.

J’espère ne pas en avoir trop dévoilé pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore lu, mais je vous conseille en tous cas de vous dépêcher de le lire !!

 

 

 

 

"There is no such thing as a good influence, Mr Gray. All influence is immoral - immoral from the scientific point of view."

"Why?"

"Because to influence a person is to give him one's own soul. He does not think his natural thoughts, or burn with his natural passions. His virtues are not real to him. His sins, if there are such things as sins, are borrowed. He becomes an echo of some one else's music, an actor of a part that has not been written for him. The aim of life is sef-development. To realize one's nature perfectly - that is what each of us is here for. People are afraid of themselves, nowadays. They have forgotten the highest of all duties, the duty that one owes to one's self. Of course they are charitable. They feed the hungry, and clothe the beggar. But their own souls starve, and are naked. Courage has gone out of our race. Perhaps we never really had it. The terror of society, which is the basis of morals, the terror of God, which is the secret of religion - these are the two things that govern us. And yet -"

"Just turn you head a little more to the right, Dorian, like a good boy," said the painter, deep in his work, and conscious only that a look had come into the lad's face that he had never seen there before.


 

 

Lu dans le cadre du challenge English Classics, chez Karine :) !


EnglishClassicsMini-copie-1

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ANTONI 23/09/2010 21:37



Félicitations Coraly. Si tu es peut-être la dernière (selon tes dires !) à lire ce livre, tu ne l'es pas quant à l'édition originale en anglais car personnellement, je ne m'y suis pas frotté.
Néanmoins, j'ai adoré ce livre. Je le relirai probablement un jour.


It was such a great paper about this book !


See you.


Bonne soirée.



Coraly 01/10/2010 18:54



Merci bien, mais je n’ai pas vraiment de mérite, la langue était beaucoup moins difficile que ce à quoi je m’attendais !
C’est effectivement un livre passionnant qui ne se prive pas d'une deuxième lecture (ou même plus!) ^^


Bonne soirée !