Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dans ma bibliothèque...
  • : Tous mes avis sur mes lectures, mes coups de cœur, mes découvertes, de la littérature japonaise aux classiques anglais en passant par la science-fiction !
  • Contact

Lectures en cours

 

H2G2.jpg

Rechercher

Coups de coeur

  lecoeurrégulier 


 

Kafka sur le rivage courseaumoutonsauvage.jpg

  enfanthuitre

Aperçu

- Même s'il fait beau, vous feriez mieux de prendre votre parapluie.
Le policier hocha la tête. Puis il se retourna pour regarder l'horloge sur le mur derrière lui. Le collègue avec qui il avait rendez-vous n'allait pas tarder à l'appeler.

- Entendu, je prendrai mon parapluie.
- Il va tomber des poissons du ciel comme s'il en pleuvait. Des sardines, je pense. Mais il y aura peut-être bien quelques maquereaux aussi.
Le policier éclata de rire.
- Des sardines et des maquereaux ! répéta-t-il. Dans ce cas, il vaudrait mieux ouvrir son parapluie à l'envers pour recueillir les poissons et, de cette façon, on pourra préparer du maquereau au vinaigre !
- Le maquereau au vinaigre est un des plats préférés de Nakata, répondit le vieil homme avec le plus grand sérieux. Mais demain, à cette heure-là, Nakata ne sera plus là.

Le lendemain, quand une pluie de sardines et de maquereaux se mit effectivement à tomber sur ce coin de l'arrondissement de Nakano, le jeune policier se sentit blêmir. Environ deux mille poissons tombèrent soudain du ciel, sans le moindre signe précurseur. La plupart s'écrasèrent par terre à l'arrivée mais quelques-uns, encore vivants, frétillaient sur le sol devant les boutiques de la rue commerçante.


Kafka sur le rivage, Haruki Murakami

Mes avis

 : Pas terrible
 : Déjà vu mieux
 : Agréable à lire
 : Passionant 
 : Magnifique
  : Coup de coeur

Bienvenue, Welcome, Yôkoso!

 

Vous voilà sur un blog entièrement dédié à la lecture, l'une de mes grandes passions.

J'ai une préférence marquée pour la littérature japonaise, et la littérature classique anglaise et française (pour le moment, mais je change souvent !)

J'aime en général lire de tout, je n'ai pas vraiment de barrières,

aussi je vous propose dans ce blog de vous faire partager toutes mes lectures,

tout comme je serais ravie que vous me fassiez découvrir les vôtres ^^ !




Bonne balade !


 

29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 22:46

On ne badine pas avec l'amour, Alfred de Musset onnebadinepas

 

 

Editions Bordas

127 pages


 

 

 

 

    Perdican et Camille sont cousins et se connaissent depuis leur plus tendre enfance. Séparés par leurs études, ils se retrouvent enfin une dizaine d’années plus tard à la cour du Baron, qui prévoit de les marier. Perdican vient de finir son doctorat, et Camille revient du couvent, mais les retrouvailles ne se déroulent pas tout à fait comme le Baron l’avait prévu. Si Perdican est ravi à l’idée d’épouser Camille, celle-ci ne se laisse pas attendrir par la volonté de ces hommes ni par les heureux souvenirs avec lesquels on tente de la convaincre. Perdican se tourne alors vers Rosette, la sœur de Camille, et lorsqu’il intercepte une lettre de sa supposée promise, Perdican va mettre en place un stratagème afin de se venger…

 

 

 

 

    Je dois dire que je m’attendais à autre chose venant de cette pièce que l’on considère comme un classique, donc je suis un peu déçue. Il n’empêche que j’ai quand même passé un très bon moment. La pièce est courte, agréable à lire, légère, divertissante et la fin est surtout surprenante. Les personnages secondaires (le curé, le baron et les gouverneurs des fiancés) ont un comportement complètement burlesque qui fait sourire et ajoute au charme de la pièce.

Je pense cependant que si l’occasion se présente, il est sans conteste préférable d’aller le voir sur scène !     

 

 

 

 

    "Adieu, Camille, retourne à ton couvent, et lorsqu'on te fera de ces récits hideux qui t'ont empoisonnée, réponds ce que je vais te dire : Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luna 26/04/2011 08:09




J'aime beaucoup Alfred de Musset, surtout "On ne badine pas avec l'amour" et "Lorenzaccio"...C'est comme écouter du Mozart : c'est "classique" mais avec la liberté en plus, et j'adore ça !


Je viens d'ailleurs tout juste de publier mon avis sur "On ne badine pas avec l'amour".


 


Joli article, je reviendrais ;)


Bonne continuation !!




Laeti (histoires-de-livres) 30/09/2010 11:42



merci pour ton avis, ça me donne envie de lire un peu plus de classiques...


Bonnes lectures et bon blog!



Coraly 01/10/2010 19:00



Je suis ravie de te donner envie de découvrir d'autres horizons ^^ !
Personnellement j'aime beaucoup les classiques, je les trouve fascinant une fois passé le préjugé de "lecture obligatoire pour l'école" :) !