Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dans ma bibliothèque...
  • : Tous mes avis sur mes lectures, mes coups de cœur, mes découvertes, de la littérature japonaise aux classiques anglais en passant par la science-fiction !
  • Contact

Lectures en cours

 

H2G2.jpg

Rechercher

Coups de coeur

  lecoeurrégulier 


 

Kafka sur le rivage courseaumoutonsauvage.jpg

  enfanthuitre

Aperçu

- Même s'il fait beau, vous feriez mieux de prendre votre parapluie.
Le policier hocha la tête. Puis il se retourna pour regarder l'horloge sur le mur derrière lui. Le collègue avec qui il avait rendez-vous n'allait pas tarder à l'appeler.

- Entendu, je prendrai mon parapluie.
- Il va tomber des poissons du ciel comme s'il en pleuvait. Des sardines, je pense. Mais il y aura peut-être bien quelques maquereaux aussi.
Le policier éclata de rire.
- Des sardines et des maquereaux ! répéta-t-il. Dans ce cas, il vaudrait mieux ouvrir son parapluie à l'envers pour recueillir les poissons et, de cette façon, on pourra préparer du maquereau au vinaigre !
- Le maquereau au vinaigre est un des plats préférés de Nakata, répondit le vieil homme avec le plus grand sérieux. Mais demain, à cette heure-là, Nakata ne sera plus là.

Le lendemain, quand une pluie de sardines et de maquereaux se mit effectivement à tomber sur ce coin de l'arrondissement de Nakano, le jeune policier se sentit blêmir. Environ deux mille poissons tombèrent soudain du ciel, sans le moindre signe précurseur. La plupart s'écrasèrent par terre à l'arrivée mais quelques-uns, encore vivants, frétillaient sur le sol devant les boutiques de la rue commerçante.


Kafka sur le rivage, Haruki Murakami

Mes avis

 : Pas terrible
 : Déjà vu mieux
 : Agréable à lire
 : Passionant 
 : Magnifique
  : Coup de coeur

Bienvenue, Welcome, Yôkoso!

 

Vous voilà sur un blog entièrement dédié à la lecture, l'une de mes grandes passions.

J'ai une préférence marquée pour la littérature japonaise, et la littérature classique anglaise et française (pour le moment, mais je change souvent !)

J'aime en général lire de tout, je n'ai pas vraiment de barrières,

aussi je vous propose dans ce blog de vous faire partager toutes mes lectures,

tout comme je serais ravie que vous me fassiez découvrir les vôtres ^^ !




Bonne balade !


 

16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 10:14
Speed Queen, Stewart O'Nan


Editions Points, 285 pages.
Traduit de l'Américain par Philippe Garnier.

Crazy Caraïbe

 

Marjorie est condamnée à mort. C’est coincée dans sa cellule, à quelques heures de sa fin, qu’elle nous livre sous la forme d’une cassette audio (qu’elle envoie à Stephen King pour qu’il en écrive un best-seller) toute sa vie et tout ce qui lui est arrivé depuis le moment où ça dérape et sa condamnation. Elle ne regrette rien. Tout ce qu’elle veut, c’est rétablir la vérité. Elle raconte alors son enfance, sa famille, son adolescence, sa prise d’indépendance, ses petits boulots, et bien sûr la drogue et l’alcool, moteurs principaux du roman, sans oublier non plus la passion des voitures, d’où son surnom de Speed Queen. Elle rencontre Lamont, puis à un détour inattendu de sa vie, elle rencontre Natalie, qui vient habilement corser les choses. Pris dans un engrenage comme souvent le cause la drogue, les trois personnages se retrouveront perdus et paniqués, et créeront des situations qui ne tourneront ni à leur avantages, ni à celui de leurs victimes…



J’ai trouvé ce livre prenant, rebondissant, et même si l’on connaît la fin dès le début, le suspense va grandissant. J’ai juste eu un peu de mal au début, après avoir lu Stendhal, j’ai pas vraiment accroché tout de suite avec les personnages, ni leur vie d’ailleurs. Ils semblent perdus, ne savent pas où ils vont, tout comme ils fuient à la fin de leurs habitudes et de tout ce qu’ils ont toujours connu. Une vie de droguée comme on en voit dans d’autres bouquins ou films. Par contre quand on commence enfin à comprendre ce qui s’est passé (c’est-à-dire vers le milieu du livre), là ça devient vraiment intéressant et c’est difficile de lâcher.

Au niveau de la langue, la traduction française est bonne, malgré certains choix étonnants du traducteur qui décide justement de ne pas traduire et de laisser le mot en anglais. C’est bien d'un côté car ça permet au lecteur de rester plus proche de l’environnement américain (qui occupe une place importante) et de toutes façons certains mots ne sont même pas traduisibles, mais le mieux c’est de le lire en anglais pour se plonger complètement dans l’univers et éviter de ressentir un décalage entre deux cultures en plein milieu de l’action.

Facile et rapide à lire, un bon petit roman d’action à l’américaine !




  C'était ça mon surnom dans les journaux – Speed Queen, la Reine du Speed. J'ai toujours été un peu plus vite que le reste du monde. C'est sans doute pour ça que je suis ici, d'ailleurs. Je ne m'arrête pas toujours pour réfléchir, je veux foncer. Lamont disait toujours que j'étais bâtie pour foncer. C'est vrai ; le monde m'a toujours paru un peu lent. C'est chimique, je crois. Tout ce que je faisais allait dans le même sens. Quand je me défonçais, je n'avais pas besoin de manger ni dormir ni rien, juste de monter dans cette Roadrunner et foncer.

Partager cet article

Repost 0

commentaires