Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dans ma bibliothèque...
  • : Tous mes avis sur mes lectures, mes coups de cœur, mes découvertes, de la littérature japonaise aux classiques anglais en passant par la science-fiction !
  • Contact

Lectures en cours

 

H2G2.jpg

Rechercher

Coups de coeur

  lecoeurrégulier 


 

Kafka sur le rivage courseaumoutonsauvage.jpg

  enfanthuitre

Aperçu

- Même s'il fait beau, vous feriez mieux de prendre votre parapluie.
Le policier hocha la tête. Puis il se retourna pour regarder l'horloge sur le mur derrière lui. Le collègue avec qui il avait rendez-vous n'allait pas tarder à l'appeler.

- Entendu, je prendrai mon parapluie.
- Il va tomber des poissons du ciel comme s'il en pleuvait. Des sardines, je pense. Mais il y aura peut-être bien quelques maquereaux aussi.
Le policier éclata de rire.
- Des sardines et des maquereaux ! répéta-t-il. Dans ce cas, il vaudrait mieux ouvrir son parapluie à l'envers pour recueillir les poissons et, de cette façon, on pourra préparer du maquereau au vinaigre !
- Le maquereau au vinaigre est un des plats préférés de Nakata, répondit le vieil homme avec le plus grand sérieux. Mais demain, à cette heure-là, Nakata ne sera plus là.

Le lendemain, quand une pluie de sardines et de maquereaux se mit effectivement à tomber sur ce coin de l'arrondissement de Nakano, le jeune policier se sentit blêmir. Environ deux mille poissons tombèrent soudain du ciel, sans le moindre signe précurseur. La plupart s'écrasèrent par terre à l'arrivée mais quelques-uns, encore vivants, frétillaient sur le sol devant les boutiques de la rue commerçante.


Kafka sur le rivage, Haruki Murakami

Mes avis

 : Pas terrible
 : Déjà vu mieux
 : Agréable à lire
 : Passionant 
 : Magnifique
  : Coup de coeur

Bienvenue, Welcome, Yôkoso!

 

Vous voilà sur un blog entièrement dédié à la lecture, l'une de mes grandes passions.

J'ai une préférence marquée pour la littérature japonaise, et la littérature classique anglaise et française (pour le moment, mais je change souvent !)

J'aime en général lire de tout, je n'ai pas vraiment de barrières,

aussi je vous propose dans ce blog de vous faire partager toutes mes lectures,

tout comme je serais ravie que vous me fassiez découvrir les vôtres ^^ !




Bonne balade !


 

5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 14:05

Le mec de la tombe d'à côté, Katarina Mazettilemecdelatombedacote

Editions Actes Sud, 254 pages.
Titre Original : Grabben i graven bredvid
Traduit du Suédois par Lena Grumbach et Catherine Marcus.

Les Liaisons dangereuses


Désirée observe la stèle trop simple de son défunt mari, et Benny arrange la tombe trop tape-à-l’œil de ses parents. Elle est toute fine, pâle, beige, et lui est rustique, mal habillé et sent l’étable. Elle est bibliothécaire, vit à la ville dans son appartement moderne, et lui vit à la ferme dans une maison qu’il n’arrive pas à gérer, à rendre agréable à vivre, et peine à nettoyer.

Quand ils se rencontrent au cimetière, ils ne peuvent s’empêcher de se détester sans même se connaître. Et alors que tout les oppose, tant dans le style de vie que dans leur façon de penser, un simple sourire échangé entre eux va complètement modifier le cours de leur vie.

 

Tous deux célibataires et pressés par les contraintes du temps (horloge biologique et gestion de la ferme), ils vont (malgré eux, j’ai envie de dire) tomber amoureux et essayer de faire fonctionner leur histoire malgré leurs imposantes différences.

Benny est le seul homme à « retourner les ovaires » de Désirée, mais lui cherche une femme qui pourrait prendre soin de la maison, ce qui n’est pas du tout du genre de la frêle citadine attachée à son confort.

 

A travers une histoire simple d’apparence et une plongée en Suède (pays qui m’apparaît maintenant très tentant !), Katarina Mazetti met en scène un combat entre l’amour et la différence de milieux sociaux. La passion vaincra-t-elle le choc des cultures ?

L’un des deux personnages devra faire des efforts, mais… lequel ?

 

 

  Juste là, je suis devant la tombe de mon mari, assise sur un banc de cimetière vert bouteille lustré par des générations de fesses, en train de me monter la tête contre sa dalle funéraire.
  C'est une petite pierre brute et sobre gravée seulement de son nom,
Örjan Wallin, en caractères austères. Simple, presque à outrance, tout à son image. Et il l'a effectivement choisie lui-même, il avait laissé des indications dans son contrat obsèques souscrit chez Fonus.
  Il y a de quoi s'énerver. Je veux dire, il n'était même pas malade.
  Je sais exactement ce qu'il veut dire avec sa pierre : "La mort est un élément parfaitement naturel du processus vital." Il était biologiste.
  Je te remercie, Örjan.




J’ai eu une très agréable surprise avec ce roman ! Bien sûr j’avais entendu des avis positifs, mais je n’aurais jamais cru qu’il me passionnerait à ce point-là.

J’ai lu les premières pages par curiosité (hésitant encore sur quel livre de ma PAL lire en premier…), et je ne l’ai pas lâché jusqu’à au moins la moitié, et encore, parce que je m’étais forcée.

C’est mon seul regret : il est tellement prenant que je l’ai lu trop vite, et que je n’ai pas eu le temps de bien m’imprégner de la vie des personnages, comme j’aime souvent le faire.

 

Mais sinon, rien à redire ! Le style est léger, les réflexions sont très drôles, on passe du rire aux larmes en un clin d’œil, et le fait que souvent les mêmes évènements soient narrés à la fois par Désirée puis par Benny (ce que j’évite d’habitude) ajoute beaucoup au comique de l’histoire, et ne peut que nous rapprocher des personnages.

Une très belle histoire d’amour impossible des temps modernes !

Repost 0